Intervista…

Fin de semaine dernière est paru sur le blog littéraire de « L&T Cosmic Sam » une belle critique de Gésir et un entretien. J’aime bien les questions qui m’ont été soumises et les réponses auxquelles elles m’ont conduit. Pour y accéder cliquer sur l’image :

Premiers résultats

Quelques avis de lecteurs et articles plus tard :

… une soixantaine d’exemplaires ont été téléchargés ou achetés en librairie selon le récapitulatif du mois de Mars. Ce n’est pas rien, mais pas énorme non plus… Ce qui est frappant en revanche est le très faible nombre d’avis laissés par mon entourage proche sur Amazon, Fnac ou Decitre (2 ou 3 à peine sur une centaine de mails… ) comme si les gens ne savaient pas faire, ou n’avaient pas l’habitude… A cet égard les vertus de l’autopublication vue comme équivalent du circuit court en terre littéraire restent donc à prouver. Ou bien la solidarité entre amis est en voie de deshérence… Pour cause d’overdose ? Qui sait ? Par ailleurs selon les stats, ma campagne de pub Facebook aurait sucité dans les 60 000 clics. Ce qui signifierait un téléchargement sur 1000… Là aussi était-ce ce à quoi il fallait s’attendre? Si quelqu’un sait, merci pour l’info…
Mais bon tout n’est pas encore perdu, un ou deux autres articles presse ou influenceurs restent à paraître, et puis je peux aussi essayer de refaire une campagne de promo avec téléchargement gratuit d’ici quelques jours… Pour le moment : let’s wait and see 🙂

Sortir du lot

Bon, voilà une dizaine de jours que Gésir est paru sur les plateformes idoines, et je découvre les joies de la chasse au nombre de clics!!! C’est vrai, s’autopublier est un sport qui consiste à sortir du lot, car, c’est tout bête mais quand un éditeur « normal  » choisit votre manuscrit, c’est lui qui l’extrait de la masse; en revanche quand votre littérature ne doit son existence publique qu’à votre seul bon plaisir, tout reste à faire dans ce domaine.

Qu’est-ce que j’ai fait alors?

Primo j’ai proposé le téléchargement de l’ebook gratuit jusqu’au 31 Mars

Ensuite, j’ai envoyé le bouquin à quelques uns des bloggeurs qui avaient chroniqué le précédent, envoyé aussi un mail avec lien vers Amazon et consorts à tout mon carnet d’adresse, plus contacté la presse locale pour qu’elle fasse quelques articles et enfin, grosse affaire pour un amateur comme moi, tenté de lancer une campagne de pub sur Facebook !!! (les points d’exclamation sont là pour donner une vague idée du stress qu’il y a à dompter la bête! J’avais l’impression de me battre contre HAL 9000… ) Bref, tout ça dans le but de provoquer des clics. Des clics vers Amazon, vers Decitre, vers Fnac Livres… Bref des clics pour que les gens téléchargent le livre (gratos, ça devrait le faire quand même !) qu’ils le lisent, et qu’ensuite, ils veuillent bien ajouter un avis de lecteur favorable… Auto édition, auto promotion…

Voilà l’idée… C’est pas sorcier, primaire même, sans doute, pour des publicistes plus avertis que moi, mais en même temps quel boulot ! Dix jours que je ne fais que ça (surtout la pub FB !)

Et le résultat alors? Telle est la question que vous vous posez, bien sûr… Alors pour le moment 2 commentaires sur Amazon, dont un de ma propre main (chut, ne pas répéter…) et 1 sur Fnac livres. Oui, je sais c’est maigre, mais « même les nains ont commencé petits » comme disait l’autre. Et puis quand même il y a eu ce mail ; et là, franchement ça fait plaisir :

Le grand saut

Je me jette à l’eau ! Déçu par la collaboration avec l’éditeur de ma précédente « Taupe » (zéro accompagnement dans la diffusion donc quasi zéro ventes), et fatigué avant même de les recevoir par les lettres de refus des autres (… ne correspond pas à notre ligne éditoriale) je vais essayer l’auto édition. Non, ce n’est pas lâcher la proie pour l’ombre (L’Harmattan m’aurait accueilli les bras ouverts). Oui, j’y ai bien réfléchi (Cette forme de publication ne s’accompagne d’aucun abandon de droits et sert même paraît-il de vivier pour les éditeurs conventionnels). Alors d’une part, j’aurai le plaisir d’explorer une de ces inventions de la modernité qu’on appelle la révolution digitale ; tandis que de l’autre j’aurai au moins en contrepartie de la même solitude, l’entière maîtrise du projet.

Mais pour partir à l’assaut de ce continent inconnu, mon ballon d’essai ne sera pas ma longuement mûrie « Croisette » dont je parle dans ces lignes depuis des mois . Trop tendre encore, trop près de mon coeur pour la jeter en pâture au vaste monde. Tellement de paramètres sont à considérer en effet (couverture, promotion, diffusion…) tellement d’erreurs à ne pas commettre que je préfère envoyer au front un texte plus ancien, moins chérubin face à l’existence, et qui a le cuir épais.

Gésir est son titre, et il n’y a pas de faute de frappe dans le titre : c’est bien la lettre « G » qu’il faut lire ! Ecrit en 2013, je l’avais déposé aux Editions du Net (là aussi sans aucune action de promotion, donc pour un résultat tout aussi confidentiel) ; et, après l’avoir un brin toiletté, c’est ce roman historique qui va donc naviguer en éclaireur pour moi sur l’océan Amazon-Fnac-Hachette. Mise en orbite prévue le 15 mars ! Quelle aventure !

Tous ensemble avec lui, alors, pour lui souhaiter bon vent et si tout se passe bien, La Croisette plongera bientôt dans son sillage.

Cette fois, la bonne?

Voilà, c’était avant-hier et j’ai enfin terminé la ré-écriture de ma Croisette des albigeois ! Un très long travail mais qui a, je crois, bien approfondi l’ensemble.

En un mot comme en cent, l’idée était de conserver à peu de choses près le récit initial mais d’y ajouter un narrateur qui assiste aux mésaventures des personnages depuis le futur. Comme un ethnologue ou un sociologue se retournant sur les comportements de ses aïeux (genre ses arrière grands parents, c’est à dire nous).

– Je suis… Attends… A l’époque où commence ce récit, personne ne porte encore de masque, la voix de Jean-Paul  résonne donc claire et précise dans la cabine de la camionnette embaumée de son haleine et de celle du conducteur mêlées. Elle n’a pas ce timbre ouaté, étouffé par les couches de tissu, ou de coton-plus-viscose auquel nous sommes habitués maintenant et qui, pour pallier des paroles pas toujours compréhensibles ont rendu nos expressions de regard outrancières et exorbitées.

La chose était déjà vaguement perceptible dans la version précédente, mais « vaguement » précisément. L’intérêt de souligner le trait est alors que le regard porté par cet observateur du futur laisse deviner, au travers de ses étonnements et de ses jugements quelles sont les valeurs de l’époque dans laquelle, lui, vit !

Or vu depuis le moment où ce récit s’écrit, l’épisode qui va suivre pourrait bien constituer une variation assez éclairante sur la chose. Il est clair en effet qu’un tribunal de la fin du vingtième siècle tel que celui que nous allons voir fonctionner était perçu comme difficilement dépassable. Soit le résultat de textes et d’ajustements législatifs divers, patiemment élaborés au fil de lois longuement débattues à l’Assemblé Nationale, de jurisprudences et de séparation des pouvoirs… Qui aurait imaginé alors la révolution antigonistique qui allait se dérouler dans les décennies immédiatement suivantes ? Qui aurait pu soupçonner le changement radical opéré sur le système judiciaire par les plateformes digitales ?

Et à cet égard, je m’en suis donné à coeur joie d’imaginer les développements débridés de la révolution digitale, des populismes, des ravages climatiques et des solutions qui leur sont trouvées… J’ai même inventé des concepts politiques ou soi-disant philosophiques pour faire rêver un peu: « Antigonistique », « Décohérence ». Mais bien sûr tout ça est comme hors champ, à peine esquissé… Au lecteur d’imaginer, de se projeter vers ce futur qui se construit déjà un peu (beaucoup?) sous ses yeux.

Bon tout ça trouvera-t-il un public? C’est une autre affaire, et maintenant va commencer la partie d’échecs… Les lettres de refus des éditeurs, etc… Mais bon, pour quelques jours encore, je m’accorde le doux rêve d’avoir enfin écrit un chef d’oeuvre 🙂

Quelques mots sur « La Fraude »

D’abord, la réécriture de « la Croisette » progresse. Environ à la moitié de sa révision, le manuscrit fait sa mue, parfois heureuse, parfois laborieuse…

Et puis, puisque j’en ai évoqué l’existence dans l’article précédent, voici quelques précisions sur ce scénario qui m’occupe aussi : »La Fraude » (après tout, si le but de ce blog est de consigner mes activités plumitives, on est bien dans la cible). Il s’agit alors d’imaginer un récit à partir des centaines de lettres reçues des années 1924 à 1943 par le chanoine Viollet, prêtre parisien devenu par la suite résistant et dont un square de la capitale porte le nom. J’ai découvert l’existence de cet homme courageux mais pris dans les contradictions de son époque dans l’ouvrage de M Sevegrand « l’Amour en toutes lettres » (Albin Michel 1996), un recueil qui rassemble la correspondance entre cet abbé et ses fidèles à propos des questions délicates de la compatibilité entre la doctrine catholique et la réalité de la vie conjugale. L’incroyable naïveté des paroissiens qui s’y exprime alors, leur ignorance sidérante de la sexualité (il s’agit pourtant approximativement de la génération de nos grands parents) d’une part et l’effrayante hypocrisie des réponses de l’église de l’autre, m’a fasciné. Le malheureux prêtre, sensible à la détresse des époux, tente en effet de leur apporter des réponses concrètes, tandis que la secrète mais permanente volonté de l’église de contrôler la procréation, donc le corps des femmes, le coince dans un conflit aussi passionant qu’éclairant sur la nature profonde du discours religieux.

Imaginant alors quelques personnages (femmes et hommes) pour incarner la chose, je m’écarte clairement dans ce scénario d’un projet biographique. Je n’y retiens que le contenu des lettres, qui, lui, est respecté intégralement. Le but? Faire toucher du doigt que les houleux débats sur l’émancipation féminine et autres emprises de la religion qui secouent nos années 2020 ne sont pas nouveaux; et que connaître leurs racines ne peut pas faire de mal pour y voir plus clair.

Pour le moment, le texte est à peu près achevé et je réfléchis à diverses manières de le mettre en images.

C’était pas fini

A nouveau long silence… Car non ce n’était pas fini. D’abord, j’ai commencé à envoyer quelques exemplaires de mon nouveau manuscrit à droite et à gauche vers des éditeurs régionaux (le « Albigeois » du titre l’impose). Et puis les réponses, négatives évidemment, sont venues -déjà que les boites régionales ne sont pas légion, parmi elles, il faut ensuite éliminer celles qui annoncent carrément qu’elles n’acceptent aucun manuscrit nouveau, en plus il faut ajouter le corona et sa torpeur vertigineuse des appétits lectoriels… Bref, comment dire, c’était couru d’avance- j’ai donc commencé à douter! « C’est vrai qu’il y a trop de romans, c’est vrai que le mien n’a rien de nécessaire à la survie du monde » me suis-je dit, et j’ai voulu le remettre sur le métier. Et voilà, j’y suis encore. Bon, ce n’est pas totalement loin du but, mais avec cette nouvelle année, je me disais qu’il fallait quand même donner quelques nouvelles. Alors voilà c’est fait, Bonne année à tous en attendant et à bientôt j’espère.

PS: j’oubliais! Parmi les choses qui m’ont retenu d’alimenter ces pages, deux autres activités m’ont pris pas mal d’énergie et de temps:

Primo: l’écriture d’un scénario de film ( La Fraude, celà s’appelle, et je vous en reparlerai quand ce sera vraiment au petit poil).

Deuxio: la conception et la réalisation d’un site web à la mémoire de mon père, disparu le 1er janvier 2009 (11 ans déjà !) mais né en 1920. 2020 était donc le centenaire de sa naissance et, avec mon frère, on s’est dit que si on ne faisait rien cette année, on le ferait jamais. Donc voilà, on s’y est collés et le résultat est en ligne. Qui veut aller voir?

http://louiscros.fr

C’est fini !

Looooong silence depuis plusieurs mois! Et pas seulement à cause du Coronaconnard ! Non, mon cocooning vient de ce que j’étais plongé dans l’écriture d’un nouveau roman. Pas le temps ni l’envie d’écrire quoi que ce soit d’autre alors, ni de gaspiller la moindre précieuse goutte de temps. Car quand on écrit, on continue néanmoins d’aller faire les courses de recevoir des amis, de répondre au téléphone… Et tout ça c’est tellement chiant, ça vous bouffe les journées, ça vous détourne l’attention, ça vous disperse, les gens vous demandent « A quoi tu penses? » Bref, on voudrait passer chaque seconde avec les personnages, la construction, les formulations, le style… mais on ne le peut pas; alors si en plus il faut tenir les pages d’un blog!!!! Mais bon, voilà, c’est fini! Je ne reviendrai pas sur toutes les migraines et autres nuits agitées, ni sur les ré-écritures, les changements de pied, de titre, de virgules et de coquilles corrigées… Déjà qu’il faut sans doute être maso pour s’imposer de tels supplices, on ne va pas en plus les détailler. Bref, une autre prochaine fois, je raconterai un peu plus en détail peut-être de quoi que ça cause et comment les éditeurs vont se ruer dessus, mais pour aujourd’hui ce sera juste: Ouf ! et buvons un coup! Ah oui, le titre? J’oubliais: La croisette des albigeois… Ca vous plait? Moi, moyen, mais pour le moment je n’ai pas trouvé mieux.

Corona virus

Prévue samedi 14 mars à la librairie Coulier de Castres, une présentation-signature est annulée pour cause de Covid 19, le virus qui met la France en mode « pause ». Une autre est prévue au même endroit pour le 28 mars… Si le couvre-feu est levé d’ici là…